Traitements non chirurgicaux

Traitement médicamenteux du glaucome :

Bien que le glaucome chronique ne puisse pas être guéri, il peut habituellement être contrôlé par un traitement médicamenteux. Que vous présentiez ou non des symptômes, une fois le diagnostic de glaucome posé, l’administration de médicaments sera nécessaire pour réduire la pression intraoculaire afin de prévenir des lésions irréversibles du nerf optique.

Divers médicaments anti-glaucomateux sont disponibles. Ils s’administrent généralement sous forme de collyres, à un rythme variable allant d’une à trois instillations par jour. Les collyres les plus souvent utilisés sont à base de prostaglandines, de bêtabloquants ou d’agonistes alpha-adrénergiques. Ces collyres n’agissent pas tous de la même façon : certains réduisent la sécrétion de l’humeur aqueuse alors que d’autres favorisent son élimination. Ils visent tous à maintenir une pression intraoculaire inférieure à celle qui est néfaste pour le nerf optique. Puisque le glaucome chronique ne peut être guéri, le traitement doit être poursuivi tout au long de la vie.

Il peut être judicieux d’associer deux collyres aux mécanismes complémentaires, l’un diminuant la production de l’humeur aqueuse et l’autre favorisant sont élimination. Certains médicaments existent également sous forme de comprimés, avec un mécanisme d’action identique à la forme locale. Toutefois, comme ces comprimés sont moins bien tolérés que les collyres, leur prescription est moins fréquente.

Quels sont les différents types de traitements pour le glaucome ?

Il existe 3 grands types de traitement qui permettent tous d’abaisser la pression intra-oculaire.

l Un traitement à base de collyre(s) permet de faire baisser la tension oculaire. Selon le médicament qu’il contient le collyre augmentera la quantité de liquide drainée hors de l’œil ou diminuera la quantité de liquide produite par votre œil.

l Le laser : il existe différents types de laser adaptés à différentes formes de glaucome (Laser Argon, Laser YAG, Laser Diode).

l La chirurgie s’avère généralement nécessaire pour faire baisser la pression intra-oculaire si la maladie continue à progresser.

Les collyres dans le glaucome  ?

Il existe de nombreuses classes thérapeutiques qui permettent d’abaisser la pression intra-oculaire, ce sont : Les béta-bloquants, les myotiques (comme la pilocarpine), les inhibiteurs de l’anhydrase carbonique, les prostaglandines, et les dérivés de l’adrénaline. Votre ophtalmologiste vous prescrira le traitement le mieux à même de contrôler votre glaucome. Le but est d’utiliser le moins de médicaments possible afin d’éviter leurs effets indésirables. Suivez donc strictement les instructions de votre ophtalmologiste. Il faut également signaler à votre médecin généraliste les collyres que vous instillez dans votre œil car ceux ci peuvent avoir des effets secondaires sur le plan de l’état général.

Il est important de respecter les horaires. Lorsqu’on instille un collyre dans l’œil, celui ci n’agit que pendant un certain nombre d’heures. Certains collyres ont une durée d’action de 8h et seront instillés 3 fois par jour toutes les 8 heures, d’autres ont une durée d’action de 12h et seront instillés 2 fois par jour, ou enfin une durée d’action plus longue de 24h nécessitant une seule instillation par jour

Devez-vous instiller les gouttes avant de venir en consultation ?

Sauf instructions contraires de votre ophtalmologiste, il faut instiller les gouttes avant de venir en consultation afin de pouvoir contrôler l’efficacité du traitement.

Quelques règles fondamentales à suivre

Prenez vos médicaments régulièrement. Essayez de programmer la prise du traitement en fonction de vos activités journalières (réveil, heures des repas, coucher). Si vous devez instiller 2 collyres, attendez environ 5mn avant d’instiller le second dans votre œil.

Signalez à votre ophtalmologiste les autres médicaments que vous prenez, même ceux qui sont en vente libre (comme par exemple l’aspirine). Assurez vous que les autres médecins qui vous suivent sont au courant de votre traitement anti-glaucomateux.

Traitement chirurgical du glaucome :

La trabéculectomie, technique la plus ancienne, consiste à enlever le trabéculum. Cette procédure permet de dériver l’humeur aqueuse hors de l’œil et d’abaisser ainsi la pression oculaire. Durant cette opération, le chirurgien ouvre l’œil, enlève le trabéculum, puis referme l’œil par quelques points de suture.

Cette procédure est généralement bien supportée. Après l’opération, une petite bulle de filtration peut se former sous la paupière supérieure, qui est parfois ressentie au toucher. Elle est tout à fait normale car elle correspond au réservoir du liquide qui a filtré hors de l’œil. Après l’intervention, les patients présentent parfois une gêne oculaire, des larmoiements ou de véritables douleurs. Des soins locaux sous forme de collyres ou pommades anti-inflammatoires vous seront prescrits pour atténuer la réaction inflammatoire due à la manipulation de l’œil.

Technique de pointe plus récente, la sclérotomie profonde consiste à n’enlever qu’une partie du trabéculum ce qui entraîne moins de complication post opératoire.

Traitement pas laser du glaucome :

Deux techniques existent actuellement : la trabéculoplastie au laser Argon (ALT – argon laser trabeculoplasty) et la trabéculoplastie sélective (SLT – selective laser trabeculoplasty), qui est plus récente. Toutefois, l’ALT est de plus en plus délaissée au profit de la SLT. La raison en est simple : à efficacité similaire, la SLT délivre 100 fois moins de puissance dans l’œil, elle est donc indolore et réduit donc significativement le risque de complications. Au cours de la SLT, une centaine d’impacts au laser sont délivrés sélectivement sur les cellules pigmentées du trabéculum, améliorant ainsi la perméabilité de ce dernier, ce qui abaisse la pression à l’intérieur de l’œil. Le SLT est un laser dit « froid », c’est-à-dire qu’il n’entraîne aucune lésion thermique. Le traitement est réalisé en une seule séance. Comme ce traitement n’est pas indiqué pour tous les glaucomes, votre ophtalmologiste est le meilleur juge pour décider si cette technique vous convient.

Dans certains cas de glaucome chronique, une iridotomie au laser est réalisée à titre préventif pour éviter que l’angle se ferme complètement.

Traitement du glaucome aigu:

Il s’agit d’une situation d’urgence ! Si un traitement approprié n’est pas instauré rapidement, la vision peut être irréversiblement atteinte.

Traitement par laser:

Bien que la pression intraoculaire puisse habituellement être réduite par des médicaments, une intervention chirurgicale est le seul moyen de le guérir. Il s’agit de l’iridotomie par laser.

Au cours de cette intervention, une petite ouverture est réalisée à la base de l’iris, sous anesthésie locale par collyre, afin de permettre à l’humeur aqueuse de s’évacuer. D’autres procédures sont disponibles, mais l’iridotomie peut être faite en consultation en seulement quelques minutes.

Traitement chirurgical:

En cas d’impossibilité de réaliser un traitement par iridotomie par laser,  la première technique chirurgicale à envisager est l’iridectomie. Elle consiste à retirer une partie de l’iris afin de permettre une meilleure évacuation de l’humeur aqueuse. Si cette opération ne donne pas de résultat, une intervention chirurgicale de type trabéculectomie pourra être discutée.

Pour prendre rendez-vous par téléphone, contactez le 03 27 99 88 88,
en cas d'urgence post opératoire, de jour comme de nuit merci de contacter le 03 27 99 86 40.
28 rue Anatole France 59490 SOMAIN ou au 11 avenue des Potiers 59500 à DOUAI